19 mai 2009

Réunion des représentants des Parlements Nationaux de l’Union Européenne

pragueLundi 11 et mardi 12 mai, à Prague, se réunissaient les représentants des Parlements Nationaux de l'Union Européenne.

Lors de la discussion sur le rôle de l'Union Européenne dans la défense de la démocratie et des droits de l'Homme dans le monde, le Sénateur Denis Badré, vice-président de la Commission des Affaires Européennes au Sénat, est intervenu.

Voici le texte de son intervention:

Monsieur le Président,

 

Monsieur le Ministre,

 

Mes chers collègues,

 

Comme tous ici, je pense, j’ai été très heureux d’entendre tout à l’heure le message de Monsieur le Président HAVEL .

 

Je peux ainsi évoquer maintenant tout naturellement l’émotion profonde qui fut celle de tous les Sénateurs français lorsque Vaclav Havel est venu s’exprimer devant nous, il y a une dizaine d’année, exactement sur le même ton et avec la même hauteur de vue !

 

Un peu comme vous, à l’instant, M. le Ministre, il concluait alors ainsi son propos centré sur les responsabilités de l’Europe et des Européens : « Nous, Européens , de quelque région que nous venions, nous n’avons aucune leçon à donner au monde, puisque nous avons inventé tous les totalitarismes et les pires horreurs . Nous pouvons, et devons, juste à émettre un message d’espérance , puisque nous avons pu en revenir . »

 

En rejoignant l’Union Européenne, il y a 5 ans , ses nouveaux Etats Membres nous ont offert une précieuse opportunité : revenir à l’essentiel. Et c’était devenu bien nécessaire….

 

Cet essentiel que nous étions en train de perdre de vue était pourtant exactement au cœur du message de Robert SCHUMAN qui disait en effet : « Si tu veux construire une paix durable , apprends aux hommes à travailler ensemble ».

 

Remettons donc les priorité en place :

 

Le moyen, le chemin, c’est « travailler ensemble », c’est donc la Communauté du charbon et de l’acier, le traité de Rome, la politique commune de la concurrence et la PAC, le Marché Unique, les réseaux transeuropéens, l’Euro, etc…

 

La finalité ce sont les valeurs qui servent la paix et la liberté , ces valeurs qui sont au cœur de la charte du Conseil de l’Europe : la démocratie, la primauté du droit et les droits de l’homme.

 

Dans ce contexte, la Biélorussie affiche aujourd’hui quelques progrès sur les droits de l’homme, notamment sur la peine de mort.

 

Tant mieux ! Et il faut évidemment l’encourager à progresser sur la base de ces ouvertures. Mais il faut absolument le faire, à mon sens, en rappelant l’indissociabilité totale des trois chapitres de valeurs que je rappelais à l’instant.

 

Il ne peut y avoir de progrès ni durable ni crédible sur les droits de l’homme sans progrès sur la démocratie.

 

Monsieur le Ministre, la Présidence Tchèque va-t-elle intervenir sur ce sujet et rappeler, en particulier, l’importance de l’existence d’une opposition reconnue et disposant de véritables droits pour que vive et se développe le débat démocratique ? Il est clair que le parti unique, ce n’est pas vraiment la démocratie…

 

C’est dans le même esprit que nous devons construire une relation forte avec la Russie. Etes-vous disposé à rappeler solennellement que ces valeurs de la Charte du Conseil de l’Europe ne sont pas négociables et qu’elles doivent, plus généralement et en toute priorité servir de référentiel pour nos échanges ?

 

C’est ce que l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe répète inlassablement. Plusieurs orateurs viennent de le rappeler. Je n’y reviens donc pas, sinon pour me réjouir que le projet de Contribution, qui viendra conclure nos travaux, souligne l’importance, sur ce sujet des valeurs, d’une complémentarité efficace entre l’Union Européenne et le Conseil de l’Europe .

Posté par egay à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Réunion des représentants des Parlements Nationaux de l’Union Européenne

Nouveau commentaire